Enfant et chat
Enfant Animal Nature, prévention de la violenceSensibiliser au respect humain et animal
Enfants


Comment devenir responsable de ses actes pour ne pas faire souffrir une personne ou un animal ?

QUELQUES REACTIONS D’ENSEIGNANTS



Hauts de Seine

Mme Clady, conseillère pédagogique de la circonscription de Chatenay- Malabry (92) « Suite à la présentation de votre outil pédagogique relatif à la prévention de la violence, j’ai souhaité en accord avec Mme Gay, Inspectrice de l’Education nationale, mettre en œuvre les situations proposées dans trois écoles de la 26 ème circonscription (Ecoles Louis Hachette, Joliot Curie, Henri Wallon). Cette expérimentation conduite dans quatre classes de CM2, répond avec pertinence aux programmes de l’Education nationale, précisément dans le domaine disciplinaire Instruction civique et Morale dont l’objectif est de conduire les élèves à réfléchir sur la responsabilité de leurs actes ou de leur comportement, sur l’estime de soi et le respect de l’intégrité des personnes ainsi que dans la compétence 6 du Socle Commun. L’originalité de la démarche qui choisit comme angle de sensibilisation, la maltraitance animale s’est avérée facile de compréhension et d’adhésion tout en suscitant la réflexion des élèves de CM2. » 2013.

Mme Quaresma-Nunes, enseignante à l’école Joliot Curie, « les élèves prennent du recul par-rapport à leurs attitudes et à leurs jeux en prenant conscience des conséquences qui peuvent être engendrées ; les élèves sont plus réceptifs avec les situations mettant en scène les animaux », M.Haffner et Mme Lintanff, « le CD-Rom est un très bon support pour les CM2, bonne mémorisation des scènes, points d’appui pour la réflexion à long terme, permet de mettre de la distance avec des situations qui peuvent être dramatisées par les enfants, le passage par l’animal permet aux élèves de parler plus facilement de situation violente », Mme Cazes. Ecoles du Plessis-Robinson (92) 2013

« Nous avons particulièrement apprécié votre intervention auprès de nos élèves de 6ème G. les élèves ont été motivés et attentifs. Nous pensons que plusieurs séances animées par vos soins à l’aide de votre CD-Rom interactif pourraient avoir un impact pour réduire la violence au collège. Nous serions intéressés pour reconduire ce programme pédagogique auprès de tous les 6ème et sur plusieurs séances. » Nadine Malaty-directrice Segpa et Stéphanie Gigault, principale adjointe du collège Marguerite Duras-Colombes 2012

« ....Les élèves ont apprécié la projection du support, voulant d’ailleurs aller plus loin sur le quiz chez eux (de nombreux élèves nous ont demandé le code d’accès que nous n’avons pas donné.). L’entrée par l’empathie naturelle que les enfants ont envers les animaux et le lien que l’on peut faire me semble très pertinent. Les élèves sont attentifs, intéressés et participatifs lors de ces interventions. Candice Calot, principale adjointe au collège Jean Perrin- Nanterre 2012

« ...Le dispositif a été institué dans les classes de 6ème avec un réel impact. Le bilan fut positif. Il serait judicieux que le projet se fasse à grande échelle sur les autres niveaux. Nous attendons l’association Enfant-Animal-Nature pour une plus grande action afin de pérenniser ce projet dans nos classes. » Lansana Cissé, principal au collège Auguste Renoir-Asnières 200

«.... Le bilan que nous en avons tiré a été très positif, sachant bien entendu que cette action se déroulait parallèlement à d’autres qui allaient dans le même sens. L’objectif de sensibiliser des enfants de 6ème au respect humain et animal par la médiation animale a, sans conteste, concouru à calmer le collège. » Christine Notrel, lprincipale au collège Voltaire à Asnières 2009

« ...Les interventions se sont révélées pertinentes et efficaces et devraient s’inscrire sur le long terme à partir de l’école primaire. » Jean-Marie Veyret, principal du Collège Romain-Rolland 2012

« Dans notre école située en RRS, nous avons utilisé votre matériel pédagogique. Cette démarche pédagogique a facilité la sensibilisation, la compréhension et la réflexion sur les différentes formes de violence qui entourent bien souvent nos élèves tout en leur donnant des pistes pour gérer ces situations parfois difficiles, autrement que par l’emploi de la violence. » Mmes Gallon et Naamoune-Ecole Elsa Triolet Nanterre. 2014

« La thématique proposée a permis aux enfants de ma classe de CM2 de ne plus banaliser la violence verbale. Nous avions eu des discussions avant l’intervention sur cette violence des mots et les enfants disaient ne pas en souffrir. Or, après quelques questions, je me suis rendue compte qu’ils l’avaient simplement banalisée et accepter, que les insultes faisaient partie de leur quotidien, de leur langage. Je crois qu’aujourd’hui qu’ils ont pris conscience qu’ils n’ont pas à accepter les insultes voire les paroles qui blessent. » Sophie Laballery, Ecole Langevin, Nanterre. 2014

Seine et Marne

« Je soussigné Hervé Brun, Conseiller Vie scolaire 1er degré à la direction Départementale des Services de l’Education nationale de Seine et Marne, atteste avoir assisté à une animation de prévention de la violence organisée dans une classe de CM1/ CM2 de Meaux (77). Proposée par Mme Charmier, présidente de l’association Enfant-Animal-Nature, cette animation a mis en évidence l’intérêt manifeste des enfants pour cette approche du problème des violences à l ‘école ».

« Les élèves sont plus à l’écoute les uns envers les autres, Ils ont compris que la plupart du temps, le dialogue raisonné pouvait permettre de régler des situations qui auparavant se finissaient dans la violence (verbale ou physique)
Trois semaines après l’intervention, les élèves se souviennent encore parfaitement des différentes situations évoquées ; le concept d’empathie a été retenu ; les enfants réfléchissent plus avant d’agir, ils pensent davantage aux conséquences de leurs actes. Animation très positive que je recommande vivement dès le CM2. »M.Nadin instituteur à l’école Guynemer de Meaux -2012

« Les enfants ont été intéressés, captivés, choqués par les scènes de violence proposées. Grâce à la richesse et la réalité des diverses situations proposées, les élèves ont retenu cette idée essentielle « En fait, nous ne savions pas qu’un petit mauvais geste pouvait avoir des conséquences graves et qu’avant de se laisser aller à la violence à cause de sa colère, il faut réfléchir ». D’autres étant victimes de violence dans leur propre famille ou leur famille recomposée ne sont rentrés dans l’échange qu’au bout d’une heure...mais ils ont osé dire leur révolte. Les situations et histoires proposées dans le programme d’EAN sont judicieusement choisies et correspondent parfaitement au monde et au mode de vie de nos élèves. Depuis l’intervention, l’ambiance a changé dans le sens où, pour chaque situation de conflit, les responsables d’agressions se rappellent parfaitement de l’histoire qui correspond à leur acte malveillant et trouvent, seuls, la réponse aux questions qui soulèvent un tel comportement. Ils ont pris conscience qu’ils font souffrir profondément leur victime qui risque d’être traumatisée à vie. Mme Charmier restera, pour les enfants, la dame qui leur appris un nouveau mot : l’empathie. Nous qui leur apprenons à mettre des mots sur leurs maux, celui-là a changé nos relations.
A l’avenir, pour être complet et encore plus efficace, il faudra toucher les parents. Il faudra penser aussi à sensibiliser tous les acteurs de la vie de l’enfant : les animateurs et responsables de cantines, des études surveillées et animateurs de centres de loisirs. ....
Jocelyne Busson. Institutrice à l’école Guynemer de Meaux-2012

Val d’Oise Collège pilote Denis Diderot Deuil la Barre (95)