Enfant et chat
Enfant Animal Nature, prévention de la violenceSensibiliser au respect humain et animal
Enfants


Comment devenir responsable de ses actes pour ne pas faire souffrir une personne ou un animal ?

POURQUOI AVOIR CHOISI L'ANIMAL COMME MEDIATEUR ?



Notre programme s'inscrit dans les résultats de travaux de chercheurs


Enfant bourreau, adulte à risque...

En Suisse,le Professeur de droit pénal Martin Killias et le Professeur de psychologie Sonia Lucia démontrent par leur étude "Is Animal Cruelty a Marker of Interpersonal Violence and Delinquency? Results of a Swiss National Self-Report Study" menée en 2006 que la maltraitance envers les animaux peut entraîner des actes de violence envers les personnes. "L'agressivité étant un désordre stable sur la durée, les professionnels doivent avoir conscience que de tels actes sont le signe d'une inadaptation qui peut persister". Ils en concluent qu'il est nécessaire "d'attacher une attention particulière à un enfant dès que l'on constate qu'il commet des actes de cruauté envers un animal". "La maltraitance animale liée aux délits violents".

 

 

Aux Etats-Unis, le DSM 4 (Diagnostic Santé Mentale) considère que la cruauté envers les animaux est prédictive de troubles des comportements lourds chez l’enfant. La pédopsychiatre Gail Melson  s’est penchée sur le rapport entre la maltraitance des animaux par les enfants et l’extrême violence exercée plus tard sur des humains par les mêmes individus devenus adultes…Longtemps considérée comme un phénomène marginal, la violence envers les animaux tend aujourd’hui à être reconnue comme un des signaux d’alerte à prendre au sérieux dans l’étude des personnalités à risque. (...)


En France,“Les enfants bourreaux souffrent eux-mêmes de troubles du développement” explique Boris Cyrulnik, psychiatre-éthologue. Les tuteurs qui entourent ces enfants bloquent le développement de leur empathie et les empêchent de se mettre à la place de l’être torturé en se faisant une présentation de machine insensible. (...) D’où l’importance de la prévention précoce...
Article extrait du journal des Professionnels de l'Enfance- “L'animal dans sa fonction d’alerte”-2004 ( voir l’article complet)

 

.Nous avons grâce aux travaux du professeur Nouët, professeur honoraire à la faculté de médecine et Président de la LFDA, quelques données chiffrées provenant de son ouvrage “Les racines infantiles de la violence et de la cruauté”.


- Des violences ou des négligences dont les enfants sont victimes sont observées dans 80% des foyers où des violences sont observées sur des animaux.

- Dans 2/3 des familles où se produisent des violences domestiques, les animaux sont également maltraités.

- Trois criminels sur quatre ont maltraité un animal.

- Les auteurs de violences sur l’animal commettent 5 fois plus fréquemment des violences sur les personnes.

- 50% des violeurs ont dans leur enfance commis des actes de cruauté sur l’animal.

- 15% des violeurs violent aussi les animaux.

 

Les travaux effectués en France par le Professeur Hubert Montagner, Ange Condorcet et aux USA par Boris Levinson, Samuel et Elisabeth Corson montrent que l'animal est un intermédiaire privilégié pour entrer en communication avec les enfants et particulièrement avec ceux qui on des difficultés émotionnelles plus importantes.


* L'animal familier apporte un soutien affectif à l'enfant
L'enfant violent est un enfant qui souffre, qui est souvent en manque affectif. Dans sa relation avec l'animal, l'enfant n'est pas jugé, il est aimé tel qu'il est.

* L'animal stimule l'enfant dans son envie de communiquer

* La relation tactile avec les animaux est importante dans le domaine de la communication et de l'affection

* L'animal favorise le développement du sentiment de responsabilité chez l'enfant

* L'animal, par sa fidélité rassure
L'animal permet la confiance, parce qu'il donne sa confiance. Les enfants comme les adultes ne demandent pas qu'on les écoute par devoir ou par règle morale, mais que l'on désire les écouter.

* L'animal familier apprend à l'enfant à être à l'écoute
L'enfant ne comprend-il pas le miaulement affamé du chat ou le mouvement de patte du chien pressé de sortir se promener ?

* L'animal familier permet aux enfants rebelles l'apprentissage du refus assumé et de la patience
Un refus d'obéissance ou d'attention essuyé de la part de leur animal favori n'est pas ressenti comme totalement destructeur mais au contraire intégré parmi les événements qui constituent l'expérience quotidienne permettant le progrès dans l'existence.

* L'animal " fil conducteur "
L'animal favorise le développement des relations entre les individus comme intermédiaire avec la famille, les gens du quartier, entre les jeunes eux-mêmes, avec les éducateurs etc.



Article Enfant bourreau...

A lire en complément : Enfant bourreau, adulte à risque (Article paru dans le Journal des professionnels de l’enfance 01/2004)



Is Animal Cruelty a Marker of Interpersonal Violence and Delinquency?

Is Animal Cruelty a Marker of Interpersonal Violence and Delinquency? Results of a Swiss National Self-Report Study